A toi l’homme qui a su mettre de la couleur dans mon coeur, mon astre, mon ange

Mon Amour, dans la mesure où tu dors encore, j’en profite pour te dire ce que je n’arrive que maladroitement à dire à voix haute. Je préfère m’exprimer par les mots et te dire ce que mon cœur voudrait te dire et laisser ma plume vagabonder au rythme de l’encre de mon amour.

Je n’avais jamais éprouvé un tel plaisir. Je n’avais jamais éprouvé un tel amour. Tu m’inspires. Tu m’aspires. Tu me fascines. Tu me rends folle. C’est « le » mot juste. Je suis folle d’amour pour toi et depuis que nos deux cœurs n’en forment qu’un, je me sens moi, je ne vis plus mais j’existe. J’ai besoin de tes bras pour enfin me sentir moi, je me sens orpheline sans ta présence. Je ne croyais pas aux contes de fée mais depuis que je te connais, j’en vis un. Et l’une des raisons pour lesquelles je suis tombée amoureuse de toi est que tu m’as toujours souri sans raison. Tu ne peux pas savoir à quel point une seconde passée avec toi est un bonheur gagné, une seconde d’extase. J’ai longtemps cherché quel avait été le plus beau jour de ma vie mais je me suis rendue compte que chaque instant passé avec toi était la plus belle chose de ma vie. Quand je t’ai rencontré mon cœur s’est arrêté de battre, le soleil devint la lune, et le froid transformé en chaleur, roses en rouges, violettes en bleu et tout ça parce que je suis tombée amoureuse de toi et surtout parce que tu m’as donné ce qu’il y a de plus beau, le mot que j’avais banni de mon cœur: « je t’aime ». Sache que je n’ai de bonheur que dans l’espoir du tien, et que je trouve mon plaisir dans le tien.Mon ange, mon soleil, ma douce drogue, tout ce que j’apprécie dans la vie est en toi, et chaque goutte de mon sang ne coule que pour toi seul. Je t’aime. Ne l’oublie jamais. Garde ce texte dans ton cœur. A jamais gravé dans le mien.

                                                                                                                                               Mon Amour

« L’amour finit toujours par se transformer en cicatrice, plus ou moins vaste, plus ou silencieuse. La question n’est pas de savoir si l’amour est supportable ou non. La question est de savoir si l’on protège ou si l’on s’expose. Si l’on vit à l’abri ou à découvert. Si l’on est prêt à porter sur soi la trace de nos histoires, à même la peau »                                                                                                                           

                                                                                                                                               Delphine de Vigan

                                                                                                                                            « Un soir de décembre »

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...