Seule face à l’interruption

Qui peut comprendre mon abattement ?

Qui peut vivre ce que je vis explicitement ?

Je me sens si seule, abandonnée à mon sort.

Demain je vivrai un cauchemar, de deux je ne serai plus qu’un,

Je serai seule face aux affres de l’IVG avec aucun soutien.

Comment faire face aux tourments, comment retenir mes larmes ?

Et cet émoi qui grandit en moi, telle une arme dans le prolongement de mon bras.

Pour moi le charme du soir est synonyme de voile noir, de deuil, de Marat.

Le tracas et le tourment, voici ce qui m’attend.  

Et la solitude comme seule amie.

L’amour est vraiment un charlatan,

Et les projets des infamies.

Je suis bouleversée par tant d’indifférence,

Avoir si peu de coeur est une aberrance.

Mais je ne veux pas d’apitoiement, pas d’attendrissement et encore moins de pitié,

Je ne crierai ni tiraillement, ni anéantissement ni de quoi me justifier.

J’ai tellement mal que j’en ai mal physiquement.

Ce fait est anormal mais j’y réponds cyniquement,

Cette vie est paradoxale et je la supporte difficilement.

2 Réponses à “Seule face à l’interruption”

  1. Françoise dennilauler dit :

    Accroches toi à des branches solides.

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...