Le trou noir (écrire pour s’exprimer)

Ne me demande pas si je vais bien, car la réponse te déplaira. Je suis fatiguée, je suis à bout, dans ce trou noir grandissant de jours en jours… Je ne sais même plus quoi faire, je suis perdue dans le noir, comme d’habitude je te dirais… Ce noir qui a toujours été là, m’accompagnant au fil des années…

Une nouvelle année, année de plus, me diras-tu… Mais c’est bon, arrête tes conneries, ouvre les yeux. Même si chaque année a ses propres rires, ses propres souffrances, elles se ressemblent toutes !

Tu sais bien que les résolutions tout cela, personne n’y croit. Et non je te le jure, personne. Alors arrête de me sermonner avec ces illusions, s’il te plaît. Je suis perdue, je suis paumée, je ne suis personne… Je hurle, je hurle mais en vain. On m’entend sans m’écouter, car c’est bête hein mais les gens aujourd’hui entendent sans même écouter. Je ne suis pas une fille bien comme tu aimes à le dire… Mais dis-moi, aujourd’hui existe-t-il encore des gens bien ? Non, ne me demande pas pourquoi je te demande cela, là maintenant, ce soir… Je te dis cela parce que je n’ai pas de solutions. Je n’ai pas de solutions à tous ces problèmes, à toutes ces histoires qui ne cessent de s’accumuler au fil que les années passent ma vie s’allonge. Je sais, je sais, que je ne cesse de tout détruire, de tout envoyer en l’air… Mais je te promets, je n’y arrive pas… Je l’aime tu sais ? Je l’aime ce garçon aux cheveux bruns, mais sérieusement, notre histoire ne tient presque plus debout… Non, je ne veux pas l’abandonner, non je ne l’abandonnerai pas. Je l’aime mais je le détruis… Je détruis tout ce qui est autour de moi, les personnes que j’aime, mon environnement… Tout… Et cela ne change pas, je ne change pas. Je voudrais que les choses s’arrangent, tu sais, un peu comme dans les films, un coup de baguette magique et voilà, tout est fait… Mais les choses ne s’arrangent jamais, pourtant, pourtant, je les ai bien prises ces armes. Pourtant je me suis battue, pour lui, parce que je l’aime et qu’il m’aime… Mais là ce soir, je suis fatiguée… Je sais que cela fait partie de moi, que la fille paumée au fond de moi qui hurle pour s’en sortir, ne s’en sort pas…

Sûrement parce que je suis comme cela… Je ne comprends pas tu sais ? Je ne comprends pas les gens heureux. Je ne comprends pas qu’il existe des personnes, dans ce monde si noir pourtant, qui soient bien dans leur peau, bien dans leur esprit et bien dans leur vie… Je sais, je t’en parle seulement ce soir mais… Ce soir, toute ma haine et mon désespoir doivent sortir… Toute cette douleur qui me bouffe petit à petit me détruisant de l’intérieur comme à l’extérieur doit partir… Parce que je te le dis moi, ce n’est pas possible de vivre ainsi… C’est bête, j’ai passé trente-six années de ma vie à me battre contre cette tristesse constante qui sommeille au fond de moi… C’est vrai, quand je te parle comme cela, on peut avoir l’impression que je n’ai jamais vécu de jours heureux. Pourtant je peux t’assurer que si. Oui j’ai été heureuse et oui je le serai encore…

Il existe bien des jours où tout cela n’existe presque plus… C’est comme si tout se mettait en pause… Cette pause qui m’apporte quelques moments de répits parfois. Mais cette pause, bizarrement, ne dure jamais assez longtemps… Je veux juste te crier ma douleur pour que tu m’aides, pour que tu me sortes de ce foutoir qu’est ma misérable existence. Ne me demande pas pourquoi je te parle de ça à toi, car je n’ai pas d’explication hormis que tu es la première personne que j’ai trouvé à cet endroit ce soir, et que ce soir, je suis fatiguée. Fatiguée de mon existence, fatiguée de cette destruction, et fatiguée du monde.

2 Réponses à “Le trou noir (écrire pour s’exprimer)”

  1. rougepolar dit :

    Beau texte plein de courage à vous

    Dernière publication sur Rougepolar : ERECTUS, un bon roman à lire

Laisser un commentaire

Lesmauxdeferny65 |
Scribeditions |
Francais34 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les chroniques de Florian Mazé
| Poemanonyme
| Poussieredecouleurs