Nostalgique de toi

La nostalgie c’est un rêve qui fuit la journée et hante la nuit.

La culpabilité est un sentiment irrationnel, le sentiment d’être responsable de tout le mal du monde. Le remords, lui exprime une nostalgie, le regret de ce qui aurait pu être et n’a pas été. Et les remords me rongent. Je savais qu’il faudrait qu’après ma cure je sois forte, pour deux. Et j’ai baissé les bras. Non pas par peur d’échouer, mais pour evaluer le peu d’amour qu’il te restait pour moi. Le lit était le piège . Au lieu d’être un refuge pour moi, il aurait du être un lieu d’amour, de câlins, de cajoleries et d’affections. Au lieu de cela, il t’a paru comme un lieu froid, de perdition, indifférent, trappeur. « Si j’y restais, tout était fini entre nous »! Je n’aurais jamais du te tester à ce point-là !

La nostalgie ? Ça vient quand le présent n’est pas à la hauteur des promesses du passé. Dieu sait à quel point nous nous sommes projetés. Notre avenir était beau et plein d’amour. Nous devions en faire des choses ! Au lieu de cela  ta patience a connu ses limites. Pascal. On a beau méditer, le souvenir d’un Amour fait pousser parfois dans le coeur le plus serein un brin de nostalgie.  C’est une herbe que l’on ne doit pas cultiver en trop grande quantité car elle rend l’âme triste. La mienne l’est depuis neuf semaines et je ne m’en remets pas. C’est trop dur de lutter! Oui, j’ai des pensées noires qui gravitent autour de moi. En te perdant, je me suis perdue, j’ai perdu ma famille de coeur, ce groupe bienveillant qui veille sur toi. On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie . J’aimais tellement tavoir à mes côtés, partager tous les moments de la vie quotidienne avec toi, être celle qui te ceinturait en moto. Promener Hienna en ta compagnie.L’obsession de l’ailleurs c’est l’impossibilité de l’instant; et cette impossibilité est la nostalgie même . Le desert est un malentendu, un mauvais lit pour le sommeil depuis notre rupture et le songe, une page blanche pour la nostalgie. Et oui, cette fameuse nostalgie, la fiancé  des bons souvenirs qu’on éclaire à la bougie. Et ces photos que l’on regarde sans cesse! Les souvenirs font couler les larmes de regrets mélancoliques. Est-ce ça le « Spleen » de Baudelaire ? Est-ce cette souffrance indescriptible ?

Quand les portes de la nostalgie refusent de se fermer par amour du passé,le coeur fait souffrir le cerveau. Je suis victime d’une insoutenable nostalgie qui m’empêche d’avancer. La nostalgie est un poison parce que c’est se souvenir qu’hier nous avons vécu. On a ri, énormément parler, notamment de notre avenir. Tu étais tellement sûr de toi ! Je me sens tel un océan transformé en lac et qui aurait la nostalgie de ses marées, de ses vagues et de ses tempêtes. Il faut etre jeune pour vivre sans nostalgie. Plus tard, on se raccroche à toutes sortes de sentiments : des bons, des mauvais. À ce qui n’est pas très sain. Mais au renouveau je ne peux pas. Il me manque un membre : comment vivre sans ? Lorsque le présent nous déçoit, comme c’est le cas pour moi, on fait recours à ces bons moments du passé, ces moments où tu disais m’aimer plus que moi ! Tu sais je serais capable de réaliser cent utopies pour que les espoirs dépassent enfin la nostalgie . Dans le réel, la plenitude se refusera toujours, mais le chemin de la nostalgie et de la liberté est infini et ne sera jamais mesuré par notre pas. Je ne parviens plus à vivre dans le présent parce que je t’ai adoré, je t adore  et je t’adorerai a jamais.

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...