Ma dépendance à moi c’est toi

Le véritable amour est avide de servitude: la dépendance est si douce quand on se sait aimé! On est toujours dépendant à d’autres être.  Un etre huain qui serait toujours seul avec lui-même dépérirait tres vite. Il mourrait. Pour chacun de nous il y a des êtres décisifs _ le mien, c’est toi! L’amour, cest la dépendance de l’indépendance.  Néanmoins, en devenant adultes, nous devons apprendre à prendre soins de nos besoins, sans avoir « besoin  » que l’autre les prenne en charge. En effet, quand nous sommes enfants, c’est à nos parents, à nos enseignants ou aux personnes qui accompagnent notre vie de prendre soin de nos besoins relationnels, d’en avoir le souci et de veiller à ce qu’ils soient respectés et comblés au maximum. Devenir adulte, c’est se séparer de cette dépendance-là ! Tout en sachant que la plus belle relation de la vie est une dépendance volontaire, mais sans amour cette dépendance serait impossibilité. Quel homme peut échapper au joug de la dépendance ? Celui qui croit ne dépendre de personne  dépend du hasard, le plus absolu comme le plus capricieux de tous les maîtres. L’extrême dependance fait l’extrême impressionnabilité, et l’amour est une extrême dépendance.  Celui qui aime se met dans la dépendance de celui qui est aimé. Toute dépendance commence par un acte de soumission. Et je suis absolument soumise à toi. T’aimer a été une dépendance et je ne veux plus jamais aller en cure de désintoxication. L’amour, c’est le mot employé pour designer à la flamme sexuelle de la jeunesse  la routine de la quarantaine et la dépendance mutuelle du troisième âge.  Mais voilà à  37 et 43 ans, nous n’avons pas passé le cap de la routine et nous ne pouvons plus nous projeter au troisième âge ensemble. Il existe différentes formes de maladies  celles qui touchent le corps sont faciles à traiter. C’est plus complexe lorsqu’il s’agit de maladies cachées qui devorent notre coeur, de dépendance secrète qui consument notre âme, des maladies que l’on nie. Au jour d’aujourd’hui je ne ferme pas les yeux et me sais dépendante de toi. Pour survivre nous devons trouver cet être exceptionnel qui saura nous guérir. Mais on ne sait jamais à l’avance qui aura le remède de notre souffrance, ni quand cette personne se presentera. Aussi personne ne connaît tes blessures, personne ne connaît ton cheminement  tu es le seul à pouvoir te guerir. Malheureusement les blessures d’amour ne peuvent guerir que par celui qui les a faites. Ah mais il est facile de faire les plaies que de les panser. Car une plaie profonde n’est jamais tôt guérie.  L’amour est comme une blessure à la tête. Ça donne le vertige, on croit qu’on va mourir mais on finit par guerir… en principe ! Un proverbe chinois dit que  » quand un homme est fou d’une femme, il n’y a qu’elle qui puisse le guérir de sa folie ». Pascal, il n’y a que toi qui puisse me sortir de la mienne. Parfois je voudrais être encore une fillette, les genoux écorchés sont plus faciles à soigner qu’un coeur brisé.  Je me demande qui le premier a decouvert que la poesie pouvait guerir de l’amour !J’ai toujours pensé que la poésie nourrissait l’amour… Un amour sincère et fort, peut-être, mais s’il s’agit d’une vague inclinaison  je pense qu’un simple petit sonnet peut en avoir raison! Comment préconiser l’amour ?… Ce n’est pas faux de dire que le temps guérit toutes les blessures, au niveau physique la guerison commence instantanément et c’est notre corps qui fait tout le travail. Mais lorsqu’il s’agit des relations humaines certaines blessuresse cicatrisent en une journée et d’autres restent vives pendant toute notre vie. Parfois nous devons nous guérir nous-mêmes et parfois notre vraie tâche c’est de guerir les autres. Ainsi pendant quelques minutes  je ne pense plus à toi, mon aimé. Mais pour certain d’entre nous, et j’espère ne pas en faire partie, le temps n’arrange rien à l’affaire. Au lieu de guérir les vieilles blessures , il ne fait qu’en créer des nouvelles, jour après jour. Lorsque l’amour est perdu, il ne faut surtout courber la tête. Il gfaut bien au contraire la lever haute et poser un regard vers le ciel, lieu où a été envoyé notre coeur pour guérir. Finalement, si on ne peut guérir de ses maux, que faire d’autre que vivre avec, vivre avec la douleur de t’avoir perdu P.

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...