A nos trois ans passés ensemble!

L’amour n’est pas fait pour nous rendre heureux. Je crois qu’il est fait pour nous révéler dans quelle mesure nous avons la force de souffrir et de supporter. Heureuse ? Je l’ai été, autant que l’on peut l’être.  Et je ne savais alors pas la chance que j’avais ! Car l’amour est l’état où le bonheur d’une personne (P) est indispensable au vôtre. J’aurais tout fait pour te rendre heureux, tout. Et cet état de fait était réciproque et je le savais. J’ai connu le bonheur grâce à toi cest-a-dire en possédant ces choses immatérielles que sont l’amour, l’amitié, la spiritualité…que tout l’or du monde ne pourra jamais acheter. A l’époque, l’amour était à ma portée, sauf que…je ne me suis pas assez battue pour conserver ce bonheur. Heureux celui qui ne connaîtra l’amour à ne jamais en être blessé, car malheureux il sera d’une solitude qui durera une éternité. L’amour, autant de bonheur que par moments cela fait mal, telle une lame que l’on vous enfonce mais qu’on ne meurt rien que pour faire durer la douleur. Mais je peux le dire : j’ai connu l’amour vrai, soit le plaisir que nous donne le plaisir que nous donnele plaisir de l’autre, la joie qui naît en moi au spectacle de sa joie, le bonheur que j’éprouve à le savoir heureux. Plaisir du plaisir, bonheur du bonheur, c’est cela l’amour, rien de plus. Jean Simard écrivait qu’ » à chaque être, correspond une forme d’amour spécifique ; son bonheur est de la rencontrer ». Moi j’ai eu cette chance. Je me souviendrai à jamais de notre rencontre, aussi insolite que romantique. J’avais alors assez d’amour pour préférer ton bonheur au mien, ta vie à la mienne. C’est parce que l’amour est ancré au plus profond de l’âme, qu’il fait mal… c’est le mal du bonheur quand celui-ci est compris et partagé, mais c’est un mal de déchirure quand il ne l’est pas et cela fait partie de la vie dans les deux cas… Un mal qu’on jouit et que l’on se réjouit tant qu’il est bon d’être aimée et d’aimer, mais qui nous détruit lorsque l’on est rejetée à nous briser…Rappelons-nous, c’était il n’y a pas si longtemps que cela! Quand nous nous enlaçions toi et moi, ton ombre et mon ombre ne faisaient plus qu’un, quand elles se fondaient dans nos ébats, pour en produire un bonheur divin…L’amour d’une reine, l’amour d’un roi quand notre royaume était un jardin fleurit sans mur et sans loi…. Etait-ce notre paradis, si peu soit-il d’en être bien avec toi… Pour moi, l’amour est cet état où ton bonheur était essentiel pour le mien. Ernest Hemingway disait à juste titre que  » quand deux personnes s’aiment, il ne peut y avoir de fin heureuse  à leur amour « . Et Louis Aragon d’ajouter :  » il n’y a pas d’amour heureux ! » Être aimée, c’est plus qu’être riche, car c’est être heureux.  Heureuse, je l’ai été à tes côtés.  Plus que de raison. Vous qui me lisez, soyez bons pour vous-mêmes. Aimez de tout votre être.  Soyez toujours heureux.  Tu as été  et tu l’es encore mon grand bonheur, le soleil de mes jours gris, la pleine lune de mes nuits noires. Tu es le bruit des vagues qui viennent se reposer dans mon coeur.  Tu es la Tramontane qui vient souffler dans ma vie. Sache que l’amour que je te porte ne diminuera jamais, et qu’il ne rime qu’avec un seul mot : toujours. En fait, je n’sais pas comment t’aimer. En ai-je encore le droit ?  Je ne suis pas parvenue à te rendre heureux. C’est fou d’aimer quelqu’un à ce point-là et de ne plus pouvoir le lui montrer! Les prémices de l’éternité c’est de boire à la source de l’amour pour être ivre de bonheur.  La beauté est un mystère qui danse et chante dans le temps et au-delà du temps. Depuis toujours et à jamais.  Elle est incompréhensible… elle est dans l’oeil qui regarde tel que tu me regardais avant, dans l’oreille qui écoute comme tu savais m’écouter lors de nos longues discussions, autant que dans l’objet admiré… Elle est liée à l’amour.  Elle est promesse de bonheur. A la façon de la joie, elle est une nostalgie d’ailleurs.  Erasme disait que  » plus l’amour est parfait, plus la folie est grande  et le bonheur  sensible « . Une liaison amoureuse intime est une dégustation savoureuse des béatitudes de l’existence. La nôtre aura duré trois ans. Je t’aime encore très fort mais ne peux t’obliger à aller dans mon sens. Alors un seul mot : « merci ».

Laisser un commentaire

Lesmauxdeferny65 |
Scribeditions |
Francais34 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les chroniques de Florian Mazé
| Poemanonyme
| Poussieredecouleurs