Ma déclaration

L’amour a toujours été l’un des thèmes de prédilection en littérature. La passion amoureuse qui emplit notre vie et nos pensées, les grands auteurs ont tenté de la décrire, parfois avec humour, souvent avec inspiration. Depuis Tristan et Iseult, soit depuis que la littérature existe, l’amour interdit, impossible ou triste est un sujet inépuisable que nous allons explorer ensemble. Voici ma déclaration.

Comment tomber amoureux sans tomber ? Nous savons que l’amour ne pousse pas tout seul : il faut bien sûr le planter, puis l’arroser, enlever les « mauvaises herbes », bécher, chérir et surtout jouir. Si l’amour n’est rien, s’il ne signifie rien, alors… que je meurs! Sachez que je suis amoureuse comme au premier jour (le 03/02/16). Si vous vous lasser d’un homme, si vous aspirez à en aimer un autre, ce n’est pas de l’amour, c’est du désir. Parce que l’amour, le vrai, c’est intellectuel. C’est dans la tête que cela se passe. Oui, j’ai souffert souvent, je me suis trompée quelques fois, mais je suis vivante, parce que j’aime. C’est moi qui ai vécu et non un être factice  créé par mon orgueil. Je le clame haut et fort, je suis perdue, voyez-vous, je suis noyée, inondée d’amour, je ne sais plus si je vis, si je mange, si je respire, si je parle, mais je sais que j’aime.

Il est vrai que l’amour est une affaire intime, étrange et pleine de contradictions. On peut aimer un homme parce que l’on s’aime soi-même, par égoïsme, convoitise, par désir ou par besoin de dominer l’objet de cet amour, le soumettre, ou, à l’inverse, pour se livrer entièrement à lui. De fait, on peut dire de l’amour qu’il est une mer sans rivage, une nuit sans aurore, une maladie sans remèdes, une calamité sans patience, un désespoir sans apaisement… car si l’amour est en apparence une ivresse, il est intérieurement une lucidité. C’est bel et bien en connaissance de cause, en pleine sagacité, que je t’avoue cette nuit mes sentiments amoureux.

L’amour et la tolérance sont la seule réponse au problème de la vie. Ce précepte, très simple, et infiniment difficile à appliquer, peut être accepté, compris par quiconque, croyant ou non croyant. C’est la seule voie. Hélas! En matière d’amour, il ne suffit pas d’avoir les mêmes désirs; encore faut-il les exprimer au même moment! Te souviens-tu de notre première déclaration ? Elle fut timide, à la fois effarouchée et réservée. Mais d’une grande sincérité.Le véritable amour, toujours modeste, n’arrache pas ses faveurs avec audace; il les dérobe avec timidité. Le mystère, le silence, la honte craintive, aiguisent et cachent ses doux transports. Sa flamme honore et purifie toutes ses caresses. La décence et l’honnêteté l’accompagnent au sein de la volupté même, et lui seul sait tout accorder au désir sans rien ôter à la pudeur… C’était un des plus beaux jours de ma courte vie.

Cependant, ce que j’ai appris, c’est qu’un Grand Amour ne suffit pas à attacher l’être aimé si l’on ne sait en même temps remplir toute sa vie d’une richesse sans cesse renouvelée. L’amour est l’histoire d’un homme et d’une femme, de leur parcours, qui part d’un mystère pour parvenir, une éternité plus tard, au même mystère : irrésolu. Le véritable amour se manifeste uniquement par l’abnégation absolue de soi et l’anéantissement dans l’objet tant aimé. Pour toi, P., je suis enfin prête à me donner à toi entièrement et sans concessions. Je suis déterminée à m’oublier. Mes problèmes sont derrière moi, mais ma vie est tellement vide sans toi. Nous, qui faisions tout ensemble, aujourd’hui, sans toi, ma vie me paraît fade, insipide. Selon moi, l’amour, c’est deux malheurs qui ensemble font un bonheur. Je cherche désespérément ma moitié, mon idéal, celui qui fera ma joie et participera à mon épanouissement. Je te cherche. Où es-tu P. ?

Enfin l’amour nous fait faire et dire ce qu’il veut. C’est un enfantillage orgueilleux de vouloir lui résister. Il y a des milliers d’années qu’il est le maître. On ne peut pas faire autrement que de lui obéir. P. , tu est l’Amour avec un grand A de ma vie. Libère tes attentes, reste ouvert au voyage, explore ce qui est juste en face de toi. L’attente brûle sous le feu de l’impatience et du désir.

« Quand je suis seule et que je peux rêver

Je rêve que je suis dans tes bras

Je rêve que je te fais tout bas

Une déclaration, ma déclaration »

                                                        De Michel Berger à France Gall, 1974.

2 Réponses à “Ma déclaration”

  1. rougepolar dit :

    Très joli texte bravo

    Dernière publication sur Rougepolar : La surabondance de Noël

  2. Liloum33 dit :

    Merci à vous Rougepolar.

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...