Mon bel amour impossible

L’une des plus grandes douleurs est d’aimer une personne que tu ne peux pas avoir. Si je suivais les conseils d’Henri-Frédéric Amiel, mon credo serait de me dire que « la vie est trop courte pour la gaspiller à poursuivre un amour impossible ». Mais vivre sans amour n’est pas vivre et je sais par expérience que vivre dans l’amour sans souffrir est illusoire. Voilà le dilemme. On dit pourtant qu’en matière d’amour rien est utopique, qu’il faut être patient, parfois savoir jouer de l’indifférence, et l’impensable devient possible. Je pense qu »un bonheur imparfait vaut mieux  qu’un amour impossible. C’est la peur de l’échec qui nous sclérose. Cela rend le rêve inconcevable. Mais dans un couple, il y a forcément  des hauts et des bas. Le tout est de surmonter ensemble l’adversité. Et cela nous rend à la fois plus forts et plus complices. Tout ne peut être « rose » : c’est une chimère. La Rochefoucauld me fait peur lorsqu’il affirme qu’ »il est impossible d’aimer une seconde fois ce que l’on a véritablement cessé d’aimer. » La question est la suivante : as-tu seulement cesser de m’aimer un jour ? Je n’y crois pas une seule seconde. Car, moi, je t’aime de toutes mes forces et de tout mon coeur. Il n’est de Grand Amour qu’à l’ombre des grands rêves. Je veux que le monde s’écroule s’il le faut, mais que notre amour redeviennent concevable, acceptable, toléré par « tous ». Selon Ovide, « il y a autant de douleurs dans l’amour qu’il y a de coquillages sur la plage ». Et la douleur est forte et ravage tout sur son passage. Je suis absolument du même avis que Simone de Beauvoir, lorsqu’elle affirme que « le couple heureux, qui se reconnaît dans l’amour, défie l’univers et le temps; il se suffit, il réalise l’absolu ». Pour certain comme pour moi, l’impossible ne semble pas exister en amour, seul existe des possibles quand nous avons traversé nos peurs et nos résistances, ou renoncer à des projections erronées sur l’autre. Il ne faut pas se laisser endoctriner par notre entourage, mais laisser parler son coeur. Il est bien des choses qui ne paraissent accessibles que tant qu’on ne les a pas tentées. Rien n’est envisageable, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables. Ce qui est possible mérite d’avoir sa chance. Selon Pierre Corneille, « Rien n’est impossible à qui sait bien aimer ». L’amour tout miracle est possible et j’y crois. Car l’amour construit des ponts là où il en existe pas. L’amour triomphe de tout; cédons donc à l’amour. En effet, nul obstacle n’inquiète l’amour, nul effort ne l’épouvante; il tente plus qu’il ne peut, car il ne connaît rien d’incompatible. L’amour croit en sa force, et que tous les succès lui sont assurés. Ah! Ce rêve impossible : que tous ceux qui se sont aimés n’aient jamais à se quitter… Après tout quand on aime, il n’est rien d’insurmontable. Là où la peur n’est plus un frein, tout est possible, surtout ce qui ne l’est pas. Ceci n’est pas un paradoxe, mais la réalité de la vie amoureuse. Je dirais encore plus : l’amour est d’autant plus probable qu’il paraît impossible! Encore faut-il être audacieux! Tant que je serai en vie, mon amour pour toi vivra. Je sais bien qu’il me faut m’armer d’un bouclier dans la mesure où l’amour peut être envieux, égoïste et méchant. L’amour n’est pas à proprement parler une possibilité, mais plutôt le franchissement de quelque chose qui pourrait apparaître comme incompatible. Nous avons résisté à l’amour à distance, et l’on sait qu’une fois réunis, l’impuissance devant notre relation de couple n’aurait jamais dû influencer et condamner notre amour. Nous et nous seuls pouvons décider de l’avenir de notre couple et de la faisabilité de notre amour. Ni enfants, ni parents, ni frères et sœurs, ni ex ne doivent interférer dans notre histoire. Cela est inconvenable, impropre. Il est toujours possible de trouver des alternatives et des opportunités. « Rien n’est impossible à un amour audacieux » (Félix Lope De Vega). J’aime et je sais répondre avec indifférence; j’aime, et rien ne le dit; j’aime, et seul je le sais. Et mon secret m’est cher, et chère est ma souffrance; et je fait le serment d’aimer sans espérance.

Laisser un commentaire

Lesmauxdeferny65 |
Scribeditions |
Francais34 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les chroniques de Florian Mazé
| Poemanonyme
| Poussieredecouleurs