La vie est faite de détails, mais un détail peut changer une vie.

Au cours de notre vie, nous sommes parfois confrontés à des questionnements cruciaux, qui nous interpellent, nous assaillent, nous tourmentent , nous incitent à changer de cap. Dans l’expression de notre humanité, nous cherchons toujours des réponses possibles, des recours à des certitudes, des chemins à parcourir fussent-ils sans issues, juste pour essayer. Malgré nos fragilités et nos peurs que l’on voyait comme des carcans ou des murs infranchissables, malgré l’inquiétude que confère l’imprévisible aventure, malgré nos tâtonnements, nous avançons, juste pour essayer.  Accepter le changement, consentir à donner à sa vie une nouvelle direction, c’est peut-être la promesses des jours meilleurs, et cette espérance peut nous pousser, au-delà de ce que nous pensons être nos limites, à rechercher ce nouveau souffle… juste pour respirer. Si elle veut rester jeune toute sa vie, continuer d’évoluer, d’apprendre, de découvrir et de ne surtout pas s’enfermer dans ses habitudes qui sclérosent l’esprit, ni dans le confort engourdissant de ce qu’elle sait déjà faire: soit enseigner.

Si vous voulez changer votre vie, la première chose à faire est d’être déraisonnable. Car celui qui change le monde n’est pas raisonnable, il adapte le monde à sa vision des choses. Elle n’avait connu que l’enseignement, mais la jeune professeur de Lettres modernes n’avait plus la santé pour assurer ses cours. On lui a proposé une « retraite anticipée ». Une retraite à 37 ans ! Toutes ces années d’études pour en arriver là ! Quelle déception ! Ou peut-être pas. Peut-être est-ce la chance de sa vie de se jeter à corps perdu dans le monde de la littérature ? Ecrire, raviver la plume, élucubrer, esquisser puis transcrire et être publier, n’était-ce pas son rêve ?

La vie est faite d’événements  plus ou moins tragiques, tristes, qui peuvent changer nos vies. Il ne faut pas oublier ces événements du passé car ils font partie de nous et nous aident des fois à aller de l’avant. Mais il ne faut pas non plus les laisser prendre trop de place dans notre vie sinon ils seront une gène et nous n’avancerons plus. Regardons devant avec peu de regard derrière mais ne marchons jamais à reculons. Selon Gandhi : « Évoluer et changer de points de vue fait parti de la vie. Une personne qui reste toujours sur ses positions finira par avoir tort ». Lorsqu’elle avait 17 ans, elle a lu une citation qui ressemblait à ce qui suit : « Si vous vivez chaque jour comme si c’était le dernier, vous finirai par avoir raison un jour ». Cela l’avait impressionnée. Depuis lorsqu’elle se regarde dans le miroir chaque matin en se demandant : « Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, voudrait-elle faire ce qu’elle prévoit de faire aujourd’hui ? » Si la réponse est « NON »pendant plusieurs jours de suite, elle sait qu’elle doit changer quelque chose. Comme se mettre au clavier par exemple !

Nos vies s’écoulent comme des rivières à flanc de colline: nous allons dans la même direction, jusqu’au moment où un obstacle nous fait exploser en mille gouttelettes et nous oblige à changer de cours. Ainsi elle a compris qu’elle ne vivrait éternellement . Il faut longtemps pour apprendre ça, mais, une fois qu’on le découvre, le changement intérieur est complet, elle ne pourra plus jamais redevenir telle qu’elle était. Son moi s’exprime enfin et lui commande de s’épancher à l’aide d’une plume et d’un peu d’encre. D’écrire encore et encore…. Comme le chante si bien Etienne Daho : « Mais tout peut changer. Aujourd’hui, est le premier jour du reste de ta vie. » Nos vies sont des cercles. Des cercles avec des évolutions illusoires, des tentatives de nous faire croire que le but n’est pas le point de départ. Alors qu’il est évident que nous nous dirigeons vers l’origine, la poussière. Dès lors, profitons, qu’elle profite pleinement. Qu’elle écrive… !

Agnès Abécassis déclare que l’ « on passe notre vie à se trouver des prétextes pour ne pas bouger, pour ne pas changer, pour ne pas évoluer A se frustrer la tête en ne lâchant pas prise ». Ceci était le cas de son paternel, en retraite depuis une décennie, et n’avait rien fait de sa seconde vie. Rien ! Jamais elle ne lui ressemblerait ! Selon Bernard Werber: « Le sens de la vie : le but de tout est d’évoluer ». Et quand nous sommes prêts à évoluer, notre vie s’épanouit d’une façon merveilleuse. Aussi vivre ce n’est pas seulement changer, c’est aussi continuer. Notre vie participe à la fois du changement, ou de la persistance. Changer en persistant ou se continuer en changeant. Et la vie peut continuer à évoluer en continuant d’apprendre.

L’âme a de moments heureux où elle refait le monde à sa guise et lui prête des complaisances qu’elle n’a pas. Il faut savoir jeter par-dessus bord tout son bagage de soucis, de préoccupations et de pédanterie, se refaire jeune, simple, enfant, vivre à l’heure présente, reconnaissante, naïve, heureuse! Oui il faut être « oisive », ce qui n’est pas de la paresse. Dans l’inaction attentive et recueillie, notre âme efface ses plis, se détend, se déroule, renaît doucement comme l’herbe foulée du chemin, et, comme la feuille meurtrie de la plante, répare ses dommages, redevient neuve, spontanée, vraie, originales. La rêverie, comme la pluie des nuits, fait reverdir des idées fatiguées et pâlies par la chaleur du jour. Douce et fertilisante, elle éveille en nous mille germes endormis.

« A l’âge où il est trop tard pour refaire notre vie, nous rêvons de la refaire dans la vie d’un autre nous-même, d’un enfant que nous allons modeler à notre gré, et qui profitera de notre expérience désormais inutile pour nous. Mais une fois grand, notre fils n’ a pas réalisé notre rêve; alors, nous rêvons d’un petit-fils » (Eugène Marbeau). Personnellement, elle n’attendra pas que sa descendance réalise ce dont elle a échoué. Non, elle le réalisera elle-même. Et ses enfants n’en seront que plus fiers.

Dans Hygiène de l’Assassin, Amélie  Nothomb écrit : « Il suffit d’avoir fait une chose une seule fois, mais en profondeur, pour ne cesser de la refaire tout au long de sa vie ». Insinue-t-elle que tout changement est impossible ? Et si l’on ne changeait pas mais que l’on ne faisait que de s’épanouir ? Lorsqu’elle aura écrite l’oeuvre parfaite, alors dans ce cas, rien ne sera à refaire!

Une Réponse à “La vie est faite de détails, mais un détail peut changer une vie.”

  1. DENNILAULER Françoise dit :

    Joli texte qui mėrite réflexion et méditation.
    Ce Paternel en retraite depuis une décennie, a peut-être été présent pour sa fille.
    Le temps qu’ il a passé pour son enfant en détresse, de longues années…. Ce serait ne rien faire de sa 2ème vie ?

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...