Ecriture, Droits d’expression et Licence poétique…

Déjà au XVIe siècle, on ne craignait de créer et de se renouveler au moyen de la langue française : « Ne crains donc, poète futur, d’innover quelque terme en un long poème, principalement, avec modestie toutefois, analogie et jugement de l’oreille, et ne te soucie qui le trouve bon ou mauvais : espérant que la postérité l’approuvera. » Joachim Du Bellay.

Aussi notons que la liberté d’expression est définie par la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui dispose que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Ainsi, chacun a le droit d’avoir son opinion, ses idées et de l’exprimer par n’importe quel moyen et sous n’importe quel format. Le point sur la question.

L’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) réaffirme la liberté d’expression en disposant que « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. »

La Convention ayant valeur supra législative, elle prime les lois nationales, y compris constitutionnelles, chaque État devant adapter sa législation interne aux exigences européennes.

En outre, en droit français, la liberté d’expression est formulée aux termes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC) de 1789 et a donc valeur constitutionnelle, c’est-à-dire que les lois doivent respecter cette liberté.

La liberté d’expression est une liberté fondamentale :

Le Conseil constitutionnel a précisé en 1994 que la liberté d’expression est une « liberté fondamentale d’autant plus précieuse que son existence est une des garanties essentielles du respect des autres droits et libertés. »

La liberté d’expression est un droit universel qui constitue un élément de toute démocratie. Elle prend plusieurs formes : orale, écrite, audiovisuelle, culturelle, virtuelle, artistique, etc.

La liberté d’expression regroupe plusieurs libertés distinctes :

  • liberté de la presse ;
  • liberté des spectacles ;
  • liberté de l’enseignement ;
  • libertés collectives de diffuser des opinions (réunion, association, manifestation)…

La liberté d’expression se retrouve également sur le web : blogs, sites internet, réseaux sociaux, etc.

De l’autofiction à l’exofiction : L’exofiction désigne une catégorie de roman inspiré de la vie d’un personnage réel (différent de l’auteur), mais s’autorisant des inventions, par l’écriture de dialogues et de monologues intérieurs mais aussi par l’évocation de périodes mal connues (à la différence de la stricte biographie). Elle s’appelait plus communément avant 2013 biographie romancée.

Que dire d’autre, que rajouter pour ceux qui pensent impunément, librement, que la littérature n’est pas assez cadrée. Pour ceux ou celles qui semblent se re-connaître dans mes écrits. Si ce n’est que vous n’êtes pas le centre du monde !

Qui plus est, ma plume se laisse guider par les thèmes que vous, lecteurs bienveillants, me soumettez.

A bon entendeur, entendez-vous afin d’encenser ce que vous dénigrer.

 

Laisser un commentaire

Territoiredelettres4c |
Territoiredelettres4a |
Francais34 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Jonasdjeser
| Avipalmus
| Anticipation et rétrofuturi...