Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu…

L’amour commence par un sourire, grandit avec un baiser, et meurt d’une larme. Il y a des choses qu’on ne peut dire qu’en s’embrassant… parce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l’âmes tant qu’un contact ne les appelle. Et lorsque tes lèvres me turent dans ce baiser, j’ai posé ma plume dans l’encrier, laissant les rimes sur le papier, car dans ton poème je voulus plonger. Selon Georges Sand, qu’est-ce que « le paradis, [si ce n'est] la fusion de deux âmes dans un baiser d’amour ». Nous en avons déjà connu beaucoup dans le passé, mais ta bouche amoureuse m’était devenue inconnue. Alors je veux fixer mon éternelle demeure, et soustraire au joug d’adverses étoiles cette chaire lasse du monde. Mes yeux un derniers regards, mes bras une dernière étreinte, tes lèvres portes de l’âme humaine scellées d’un dernier baiser légitime ton éternel pacte d’amour. Une « embrassade » peut être une virgule, un point d’interrogation ou d’exclamation, mais dans notre situation, elle représente plutôt un point final. Les vieilles habitudes ont la vie dure, et je prends goût à ton étreinte. Nous rallumons ainsi la petite flamme et nous l’aurons toujours, non pas une étincelle, mais un feu de joie. Loin du bois vert et de l’allumette humide, du marteau rongé par la rouille et d’un clou gelé. Tout m’est revenu tel un flash qui me bouleverse. Et c’est par le biais de ce baiser, par ton sourire et ton regard, que l’amour me lave de toute désespérance. Un baiser, qu’est-ce donc ? Si ce n’est un serment fait d’un peu plus près, un aveu qui veut se confirmer, un point rose que l’on met sur le « i » du verbe « aimer »; c’est un secret qui prend la bouche pour oreille. Moment de complicité, temps qui soudain se fige, regards qui ne se trahissent pas. Cet effleurement fut un tour délicieux conçu par la nature pour couper court à la parole quand les mots deviennent superflus, superfétatoires. Et ce baiser, qui d’abord fut dérobé, se fit finalement partagé, moment de complicité, retour en arrière, analepse romantique. Comme l’amour est chose délicate ! Un rien peut le froisser; tout dépend du tact de nos câlineries. Un baiser maladroit peut faire bien du mal. Toutefois celui-ci fut si tendre, qu’il me sembla une caresse interminable. Et les oiseaux de chanter, et le soleil de briller et mon coeur de se rapiécer. Les tourments sont un besoin d’aimer que seul un tel baiser pouvait apaiser. Aussi un baiser est un secret raconté du bout des lèvres au lieu de l’oreille. Les baisers sont des messagers de l’amour et de la tendresse. Et cet amour passionnel est un baiser à lui-même à couper le souffle. Si un baiser  ne suffit pas pour unir deux personnes, du moins il permet, ne serait-ce qu’un instant, de les rapprocher sans nuire à quiconque. Ainsi, tu m’as rendue immortelle. Qui plus est, je me suis alors aperçue qu’un baiser ne peut se donner sans prendre, ni se prendre sans donner. C’est ainsi que j’ai réappris à aimer, à t’aimer. Encore une fois, qu’est-ce qu’un baiser ? Ce n’est autre chose que le véritable effet du désir de puiser dans l’objet tant aimer. Et pour ce regard d’amour échangé, qui  aurait dû être indifférent, je pourrais voler un autre baiser et chérir ton âme pour l’éternité. Car la fusion complète de deux consciences dans un baiser d’amour érige la douceur du moment partagé. Tout peut renaître de ses cendres… Surtout le temps d’un rapprochement. Un amour déclaré sur un bout de banc se lit dans les yeux clos par un baiser au coeur. Donner un baiser à une femme, n’est-ce pas un peu comme toucher avec les lèvres à  l’infini ? De toute évidence, lorsque l’on donne un baiser à quelqu’un, c’est que l’on a envie d’être embrassé soi-même ! Tant qu’il y aura des yeux reflétant les yeux qui les regardent; tant qu’une lèvre répondra en soupirant à la lèvre qui soupire; tant que deux âmes pourront se confondre dans un baiser, il y aura de la poésie! Sache mon chéri qu’un baiser fait moins de bruit qu’un canon mais l’écho en dure plus longtemps. De plus, un baiser échangé dans l’amour ne se minute pas. Mais Dieu sait que ce dernier fut interminable, comme si nous avions beaucoup de temps à rattraper. Il apaise la faim, dissipe la soif. On y dort. On y habite. On y oublie. Sache qu’un baiser a le pouvoir de dire beaucoup sans prononcer un seul mot, comme une histoire sans paroles. Et même, allons plus loin, toi qui es friand d’échanges verbaux, un baiser est un bon tour pour arrêter les paroles vagabondes. Le silence s’instaure et règne en maître. L’univers est suspendu à nos lèvres, l’univers tient dans ce baiser. Alfred de Musset disait : « Un seul  vrai langage au monde est un baiser ». Silence donc !

Laisser un commentaire

Lesmauxdeferny65 |
Scribeditions |
Francais34 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les chroniques de Florian Mazé
| Poemanonyme
| Poussieredecouleurs